Témoignage de Xavier 31 ans

Témoignages

Je souhaite apporter mon témoignage personnel, étant moi-même atteint par ce handicap. J'ai 31 ans.

Né prématuré à 6 mois, j'ai une hémiparésie droite. J'ai eu de la kiné jusqu'à mes 15 ans et puis j'ai décidé d'arrêter : depuis je n'en fais plus. Ma situation n'a pas régressé, elle est stable. Je précise d'ailleurs que je boîte et que j'ai un peu moins de force dans la main droite. Bon, esthétiquement dans la rue, ce n'est pas le top (on passe sans doute pour un "gogol" si vous me passez l'expression), mais dès qu'on discute avec quelqu'un les gens oublient votre handicap.

J'ai toujours été consideré comme un enfant normal : j'ai été à la crèche, maternelle, primaire etc avec des enfants "normaux". J'ai même eu des plâtres en CP et ça n'a pas posé problème (je pouvais marcher avec). J'ai suivi les cours d'EPS jusqu'en CM2 et j'ai arrêté par la suite par choix personnel (je sentais qu'à la course par exemple, l'écart devenait trop important avec mes petits camarades alors que jusque là, je courrais aussi vite...).

J'ai toutefois toujours essayé de faire les choses que les autres faisaient (et qu'on me prédisait impossible) : faire du vélo, nager, skier, etc. Je fais les même choses, certaines je ne peux pas, mais ce n'est pas un drame, je l'accepte (comme faire du hockey sur glace...). J'ai récemment fais du base-ball en club et ça s'est bien passé.

Je mène une vie normale, j'ai une femme adorable, un travail, bientôt des enfants...

Le message que j'aimerais faire passer aux parents qui viennent sur ce site, c'est que bien que vous soyez inquiets, que la prise en charge du handicap de votre enfant soit contraignante (l'emmener chez le kiné etc..) , ne lui faite pas ressentir. Eviter de parler de son handicap comme d'une fatalité à vos amis quand il est là (n'oubliez pas que l'intellect n'est pas touché... j'ai moi-même un QI assez élevé...), c'est un enfant normal en fait, différent, mais pas plus que ça : inutile de lui faire comprendre que vous le voyez comme différent : ça ne l'aidera pas à prendre confiance en lui. Il le sait déjà assez avec le regard des autres. Et l'affronter est son combat le plus difficile. Quand il l'aura vaincu, il pourra définitivement vivre une vie normale : aidez-le à accepter non pas, sa différence, car il l'accepte déjà très bien, mais le regard des autres en le banalisant.

Autre chose, prenez en compte son handicap, mais ne le choyez pas trop non plus en terme de corvées (ne porte pas ça, tu va te blesser etc), surtout si il a un traitement de faveur vis à vis de ses frères et soeurs. Il n'est sans doute pas content d'être traité différemment.

Hormis la kiné, ce n'est pas un handicap qui demande une prise de médicaments lourde, ou un suivi particulier (il y a pire). On nait comme ça, one le reste, il faut l'accepter. Seul le regard des autres peut être embêtant surtout quand on entre dans l'adolescence (bon c'est sûr, j'ai galéré un peu plus que les autres, mais j'ai la chance d'être un beau gosse ;-). Il suffit de se dire que c'est naturel pour les autres de regarder la différence. D'ailleurs on fait la même chose vis à vis d'autres handicaps, même inconsciemment.

Voilà j'ai rien d'autre à ajouter, je trouve même mon témoignage un peu banal car c'est le cas : je mène une vie très semblable à la votre, donc pas d'inquiétudes outre mesure et profitez de votre enfant à fond !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×